diana mini

Redécouverte du Diana Mini

posted in Lomography

Redécouverte du Diana Mini

diana mini superstarLe Diana Mini est l’un des premiers appareils argentiques que je me suis offert quand j’ai voulu me remettre aux pellicules. C’était le grand retour de la lomography et des toy cameras il y a quelques années, et le Diana était super tendance. Sauf que le Diana classique utilise des films 120mm, et moi ça m’embêtait un peu (plus rares, plus chers). J’ai donc opté pour le Diana Mini. Mais une fois de plus, je ne voulais pas le classique, le même que tout le monde, ah non ! J’ai donc été patiente, et un jour je fût récompensée : Lomography sortait une édition limitée avec Urban Outfitters, le Diana Mini Superstar.

Et, coup de bol supplémentaire, je l’ai eu en solde ! Il était si parfait, avec sa jolie couleur bleue et ses petites paillettes… Tout à fait moi. Mais après une première utilisation, quelle déception ! Des soucis de mise au point, d’exposition, ou encore de cadrage (le viseur est très décalé de l’objectif). On m’avait prévenu, ce n’est pas un appareil reconnu pour sa qualité et sa précision d’image… Je l’ai donc délaissé quelques temps, et il faisait juste joli chez moi.

Et puis un jour, après avoir reçu un nouveau lot de pellicules, j’ai décidé de lui redonner une chance, à ce joli petit appareil. C’est qu’il a tout de même ses avantages: il shoote au format carré (ou en demi-format, ce qui permet de faire plus de poses sur une seule pellicule) et permet de réaliser des doubles expositions super facilement !

Ajouter à ça sa légèreté et son grand angle, il est en fait idéal à emmener en promenade. Portraits, architecture, et scènes de rue, cette fois ci il ne m’a pas déçue. Et je compte bien continuer à l’emmener en balade à la découverte de la ville, je ne l’aurait pas pensé mais c’est une discipline qui me plait bien finalement 🙂

 

1 comment

  1. Pingback:Photographe Vaulx en Velin - Architecture en argentique

Comments are closed.